Problèmes de CVC? Quel est le bilan de santé de votre système?

par Gilbert Migirditsian, ingénieur, inspecteur en bâtiment et fondateur de GM Inspection

Est-ce que vous vous êtes déjà demandés pourquoi, au moment le moins opportun, pourquoi vous vous réveillez en plein milieu de la nuit avec des frissons?  Est-ce qu’il y a quelque chose à faire?  Et que faire de la situation opposée en été lorsqu’on revient à la maison après avoir eu chaud dans le transport en commun pour se trouver chez avec dans une maison où il fait encore plus chaud?  Est-ce qu’il y a une action qu’on peut prendre où est-ce qu’on est à la merci de notre système de chauffage, ventilation et climatisation CVC?

La clé est d'effectuer une décision bien informée basée sur des faits et non des promesses effectuées par un vendeur sur des économies d'énergie, le confort ou la performance Cliquez pour tweeter

À part du fait que ces événements arrivent souvent au pire moment, cela devient souvent impossible de rejoindre quelqu’un pour effectuer des réparations car tout le monde essaie d’appeler en même temps.  Pour cette raison, je recommande d’effectuer de la maintenance régulière sur les systèmes CVC et particulièrement si ces systèmes sont avancées en termes d’âge.  Ce type d’entretien est habituellement bien placé lorsqu’il est effectué à la fin du printemps ou en début d’automne. À part d’un entretien professionnel, est-ce qu’il y a quelque chose à faire soi même?  Changer le filtre à air sur un système est un bon point de départ car un filtre sale va automatiquement faire travailler le ventilateur plus fort lorsque ce dernier est proche de la fin de sa vie utile.  Une autre action à prendre est de dégager les registres de ventilation car ceci va également causer au système de travailler plus fort en créant une restriction à la sortie.  Même pour les systèmes locaux tel qu’avec les plinthes électriques, des obstructions vont créer une demande supplémentaire pour du chauffage qui, pour un cas déjà proche d’une défaillance, va l’amener au point où un bris devient imminent.  N’oubliez pas que notre niveau de confort spécifie comment nous chauffons et climatisons donc ceci n’est pas à négliger.

En ce qui concerne justement la climatisation, est-ce qu’il y a quelque chose à faire ici?  Une solution simple est de retirer toutes les feuilles et débris qui sont autour du condenseur à l’extérieur tout en assurant un dégagement d’environ un mètre autour de l’unité.  Évidemment, il y plusieurs façons pour chauffer, climatiser et ventiler nos maison donc il est impossible pour moi de couvrir chaque petit détail mais que faire au moment où les réparations font en sorte qu’il devient temps de considérer le remplacement?  L’âge du système n’est pas l’unique facteur mais devient un facteur déterminant lorsque les bris deviennent de plus en plus fréquents.  Un autre élément à considérer est l’efficacité du système où un système plus âgé et plus précisément un qui brûle du mazout ou du gaz naturel, va générer une consommation d’énergie plus important avec l’âge.  C’est à ce moment où un compromis devient nécessaire entre le coût remplacement et le coût d’opération.

La clé est d’effectuer une décision bien informée basée sur des faits et non des promesses effectuées par un vendeur sur des économies d’énergie, le confort ou la performance ne pouvant être contre-vérifiée avec des faits.  N’oubliez pas, les connaissances nous donnent du pouvoir donc il est essentiel de s’entourer de gens qui peuvent vous informer et ainsi permettre de prendre la bonne décision au bon moment.

On se donne rendez-vous la prochaine fois pour d’autres informations utiles! Entre temps, visitez-nous sur notre page Facebook.

GM